Scène ajoutée récemment… Il y en aura donc 21, et non 20. C’est une histoire qui se vit à trois et transforme l’ensemble en multiple de trois.

Corps Sonores – Fig. (*)

Je suis si honorée que Lola Lafon m’ait demandé d’illustrer la couverture de sa Fièvre impossible à négocier. Ce livre, originellement publié en 2003, vient d’être réédité en poche et reste – plus que jamais – ancré dans l’actualité socio-politique française.

Corps Sonores – Fig. 18

Plus que 30 pages à dessiner… (x__x)’


Corps Sonores – Fig. 08

Pour la peine je m’y suis dessinée.

Corps Sonores – Fig. 08

J’ai récemment rédigé l’article ci-dessous sur mon compte privé Facebook à l’attention de mes proches. Étant donné qu’il semble avoir sincèrement interpellé une partie d’entre eux et qu’il a ouvert des dialogues très touchants et intéressants, je le fais ricocher ici.


Ce post se veut un support de réflexion sur l’année 2016 pour celles et ceux qui, comme moi, se sentent touché.e.s par de grands bouleversements actuels, qu’ils soient personnels ou globaux.
Ça va paraître assez mystique… Je voudrais surtout parler du tarot. Mais avant toute chose évoquer 2016 d’un point de vue scientifique (et astral). Déjà par rapport à 2012 la fréquence vibratoire de notre planète a doublé (voir les résonances de Schuman pour ceux que ça intéresse), ce qui a des influences physiques sur nos petits corps, nos perceptions sensorielles et notre rapport au temps (les journées de 24h donnent l’impression d’en durer 16). Aussi la Nasa a constaté que le champ magnétique terrestre est en train de renverser sa polarité. En gros le pôle nord magnétique se déplace, et va de plus en plus vers le Canada Atlantique. Ajoutons à cela que dans notre course dans le cosmos – oui notre système solaire se déplace à grande vitesse, en formant des spirales – nous traversons une sorte de grand nuage, une ceinture de photons, zone au taux vibratoire très élevé qui s’est formé autour d’Alcyone, le soleil central de notre galaxie.
Astrologiquement parlant, la courbe actuelle du chemin de notre système solaire nous amènerait dans « l’ère du Verseau », période de nobles idéaux, d’humanisme et de spiritualité. Sauf qu’une période de bouleversements, d’une remise en cause de nos valeurs, et nécessaire à cette accession. C’est ce qui se passe aussi dans notre système solaire actuellement : on subit plusieurs carrés impliquant surtout Saturne (un carré annonce des changements), c’est synonyme d’épreuves, de confusion, et qu’on rame bien quoi.
Je comprendrai que ces idées paraissent loufoques ou absurdes et je ne chercherai pas à vous convaincre du contraire. J’ajouterai seulement ceci : sachant que les mouvements des océans et nos cycles menstruels sont réglés sur le cycle de la Lune, ne réagissons pas avec mépris face à l’idée que nos émotions et nos vies soient elles aussi influencées par ce qui se passe autour de nous astralement, et sous nos pieds dans la Terre. Personnellement je nous vois comme des grains de sable microscopiques et serrés les uns contre les autres, baladés par les marées.


Mais il reste le libre-arbitre, quand même !
Que nous dit le tarot justement ?
2016 c’est 20 et 16.


L’arcane XX du tarot est « Le Jugement », la résurrection des morts, la sortie du tombeau pour l’épreuve ultime. C’est la mise à nu de l’âme vers l’élévation spirituelle, on quitte un poids vers un renouveau. Les masques tombent, nos actes et nos pensées sont révélées. Il n’est plus possible de mentir, de se cacher, on est nu les uns face aux autres, il faut lâcher l’ego, saisir l’occasion de racheter ses fautes. Dans l’image l’ange vient délivrer un message cacheté (l’être n’est qu’une enveloppe dans laquelle réside autre chose) au personnage central qui semble avoir trouvé humblement un équilibre entre énergie féminine et énergie masculine, entre yin et yang, maître du sensible et de l’impulsif. Cette arcane annonce une transformation positive pour qui sait écouter sa voix intérieur, son intuition, son ange gardien.


L’arcane XVI du tarot est «  La Maison Dieu ». Je crois que le dessin est déjà très significatif… Lourde destruction opérée par une force plus grande que nous et impossible à stopper. Ce qui était stable et sécurisant dans notre vie s’effondre, le monde tel que nous le connaissions disparaît et nos certitudes sont en morceaux.
Mais ce peut être vu aussi comme une purification. Chaque concept a un aspect positif et négatif. Lorsqu’on s’attarde sur l’image on se demande comment les personnages tenaient à l’intérieur de cette tour si petite pour eux, sans autre ouverture qu’une fenêtre grillagée. Cette crise leur sera donc sûrement salutaire.
Ce qui est clair c’est que la Maison Dieu annonce toujours, TOUJOURS, un changement inévitable. Et ce mot il faut faire un effort pour réellement l’intégrer dans nos vies. Ça ne sert à rien d’essayer de contourner l’épreuve : c’est i-né-vi-ta-ble.
Encore une fois dans cette carte, l’ego est anéanti, nos constructions hypocrites ou illusoires détruites.
On a atteint l’irréparable, le point de non retour, il se peut qu’on se sente impuissant mais le champ des possibles est aussi totalement ouvert par cette destruction. Et comme pour l’arcane XX, ce champ des possibles se décidera selon nos pensées et nos actes.
Cette Maison Dieu est un très gros avertissement, surtout envers ceux qui résistent au changement. Cette crise est inévitable dans le processus de vie – mort – vie, il nous faut l’accueillir, pardonner, faire son deuil car rien n’est permanent, muer et passer au stade d’évolution suivant.

Voilà pour le tarot… Si cela, combiné aux astres n’était pas suffisant, sachez qu’en numérologie 2016 nous amène à 9 (2+0+1+6 = 9), soit une fin de cycle. Une fin de cycle avant le début d’un autre. Il est aussi symbole d’élévation spirituelle. 2016 est donc le moment idéal pour faire le bilan, assainir nos bases, et se débarrasser de toutes les casseroles qu’on a traînées dans ce cycle. Ne pas s’en occuper, ne pas régler ces conflits intérieurs, c’est risquer de se les trimballer pour un nouveau cycle de 9 ans.

Voilà à peu près tout ce que je voulais écrire, sans prétention aucune… Tout cela me passionne assez et peu importe par quel bout on le prend, 2016 résonne d’un même message.
Rien ne sert de résister aux changements : ils doivent advenir. Plus on va refuser et vouloir reporter l’échéance, plus on va en souffrir. Les transformations sont salvatrices, d’une manière ou d’une autre, alors acceptons-les. Les deuils quant à eux, ne sont pas destinés à durer.

Imaginez que vous vous teniez sur une planche de surf sur l’océan et qu’une énorme vague arrive en formation sur vous. Allez-vous sortir de votre torpeur et trouver un passage dans ce tube en mouvement ou rester figé, le regarder s’effondrer sur vous de toute sa tonne ?

Corps Sonores – Fig. 12