Les Corps Sonores – Fig. 14

I miss Montréal by night

Festival d’Angoulême, samedi 1h du matin. Alors que je sors de l’hôtel Mercure rempli à raz-bord du gratin de la bande dessinée, je croise Mathieu Sapin sur le point de s’y engouffrer. Je lui jette index et sourire au visage : « Chevalier !! ». La situation est tellement ridicule qu’il ne me reste que le rire. Mais en réalité je suis exaspérée. Il me demande amusé : « Comment tu l’as appris toi ? ».
Huit jeunes auteur.e.s de bande dessinée venaient en effet d’être promu.e.s « chevalier des arts et des lettres » par la ministre Fleur Pellerin, dont Mathieu et moi. Mais depuis jeudi aucun d’entre nous ne semble avoir été contacté directement.
Le ministère de la culture l’a annoncé par communiqué de presse sans même téléphoner ou écrire aux intéressé.e.s. Jacques Glénat promu officier n’était pas prévenu non plus, c’est moi-même qui ai porté la nouvelle à mon éditeur ce soir-là.

Puisque mon nom continue de figurer sur leur site web bien qu’on ne m’ait jamais contactée, je ne peux répondre à leur communiqué qu’ici.
Entre le scandale de la liste du Grand Prix au Wendling bashing, en passant par le mode de vote criblé de failles et les faux fauves, cette nomination entre dans la triste liste des bourdes autour du FIBD 2016. Si cette promotion n’est pas une blague fumeuse alors la manœuvre me laisse très très mal à l’aise.
Il n’aura échappé à personne que la promotion est « exceptionnelle » et que parmi les huit personnes désignées figurent cinq jeunes autrices signataires de la charte contre le sexisme ainsi que Riad Sattouf et Christophe Blain, toutes engluées dans la toile d’araignée du buzz médiatique lié au boycott du Grand Prix 2016 d’Angoulême ces dernières semaines.
D’ailleurs, pour s’assurer que tout le monde comprenne qu’il s’agissait d’une femme, le ministère n’a pas hésité à révéler le patronyme de Tanxxx, sans aucune considération pour son droit au pseudonymat.
Enfin, au cas où l’intention n’était pas encore assez manifeste, madame la ministre Fleur Pellerin stipula bien dans un tweet que notre adoubement en masse était non seulement lié au FIBD mais en plus à la polémique du Grand Prix via la récupération du hashtag #womendobd qui avait fait le buzz.

Alors, si là soudainement et dans ce contexte un ministère comptait me faire croire que mon « art » mérite une médaille de la part du pouvoir politique en place, non seulement je me sentirais instrumentalisée mais de surcroît insultée dans mon intelligence. Qu’on n’essaye pas de me faire avaler ça, qu’on n’invoque pas mon talent lorsque la récupération politique est flagrante.
J’ai 30 ans, merde ! J’ai publié deux romans graphiques, « d’esthétiques » ni singulières ni abouties, je n’ai pas fini de « m’engager » et surtout je ne suis le « symbole » de RIEN.

Les auteurs et les autrices de bande dessinée ne veulent pas de médaille en chocolat de la part du gouvernement, nous voulons du dialogue et des mesures concrètes. Alors que la plupart d’entre nous étouffent dans un métier précaire voire sous le seuil de pauvreté – et désormais sous la menace RAAP – on voudrait en plus nous faire payer 100€ pour une médaille et la cotisation annuelle qui va avec ?! Je ne peux pas croire que ce soit la réponse de notre ministère à nos appels de détresse… Je vais donc continuer à me dire que cette promotion est une blague fumeuse et que nos revendications vont rapidement être prises au sérieux, qu’elles émanent du Collectif de créatrices bd contre le sexisme, du SNAC ou de l’ensemble des auteurs, car un tel coup médiatique ne mène à aucune avancée.

Edit du 02/02/2016 à 9:00 : Hier Chloé Cruchaudet et Aurélie Neyret ont elle aussi refusé leur médaille, via un post explicatif sur leurs pages facebook respectives. (Tanxxx avait communiqué son refus dès samedi dernier)



Cette année je ne dédicacerai pas mais je serai présente avec l’équipe Marsam et le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme.

Marsam c’est quoi ? C’est notre nouvelle plateforme d’auteur.e.s et artistes angoumoisin.e.s, c’est un carrefour multilingue à l’image de notre communauté d’Angoulême. On vous présentera tout cela au Pavillon Jeunes Talents ce jeudi 28 de 15 à 16h !

Je serai également à l’auditorium du conservatoire samedi de 16 à 17h pour l’évènement public du Collectif : « Trait féminin, trait masculin : venez devinez qui a dessiné quoi ! »

Et puis dans les bars entre 22h et 2h à peu près tous les soirs.




Les Corps Sonores – Fig. 8

I leave Susanna Scrivo to say it and go back to my own work.

If you are an English or Italian speaker, please read Susanna’s article. She works in comic and manga’s industry since more than a decade and she explained quite well that if FIBD wants to go on with its « i » for « international », all comic artists in the world should be allowed to vote for the Grand Prix.

(clic on the image to open the link)