L’homosexualité dans la Bd

Mes joues de bonhomme michelin dans l’émission

Un Monde de Bulles

Avec : Tommaso Giartosio (pour «En Italie, il n’y a que des vrais hommes» (Dargaud)),
Gianfranco Goretti (pour «En Italie, il n’y a que des vrais hommes» (Dargaud)),
Emmanuel Lepage (auteur de «Muchacho» (Dupuis)),
Julie Maroh (auteur de «Le bleu est une couleur chaude» (Glénat)),
Alejandro Jodorowsky (pour «Le Pape terrible» (Delcourt))

La critique de l’émission dans le Nouvel Obs ici.

90 thoughts on “L’homosexualité dans la Bd

  1. Virginie dit :

    Succès mérité ! Bravo pour ce prix !
    Votre album, votre trait, votre texte sont extrêmement touchants.
    Merci mille fois pour toute l’émotion que vous m’avez transmise.

  2. dit :

    Hier quand j’ai vu ton livre à la Fnac j’ai tout de suite reconnu ton trait.
    Ca faisait longtemps que j’étais pas repassée par ton blog par manque de temps. Bref je l’ai tout de suite acheté et dévoré.

    Une BD à l’atmosphère sensible, une histoire touchante. Je ne peux que recommander ta BD à mon entourage et que je relierai avec plaisir.
    J’ai hâte de voir tes futurs projets BD.

  3. Bôôh dit :

    Bonsoir.
    Une heure du mat’ et je rabats la couverture sur quelques vagues. S.M. 20 janvier 2010. Le bleu est une couleur pourpre. Merci pour ces instants.

  4. roxane dit :

    Bonjour,
    J’ai été très touchée par cette BD. Je l’ai trouvée complètement par hasard aujourd’hui à Bxl et j’ai craqué. En la lisant et la relisant chez moi, je ne regrette pas mon craquage! Pour plein de raisons personnelle, j’ai été très touchée. Et puis j’ai été touchée par la beauté, la simplicité, la profondeur de tout cet ouvrage. Merci pour ces belles émotions. Bonne suite à toi!

    Roxane

  5. Camille dit :

    Cette après-midi je suis passée à LaFnac et je suis tombée sur « Le bleu est une couleur chaude », je n’ai pas lu le résumé, j’ai adoré ton style de dessin, je l’ai acheté et je l’ai dévoré ! Et j’ai cherché à en connaitre plus sur l’auteur et me voilà..! Bonne continuation, je vais suivre tes oeuvres de près maintenant ..

  6. Emeraude1313 dit :

    J’ai encore les dessins dans ma tête… Je l’ai lu hier soir d’un trait et ce matin quand je me suis levée j’y pensais encore…..
    Bravo pour votre BD et j’espère qu’elle sera lue par beaucoup de personnes….
    Bonne continuation.

  7. Mehli dit :

    Excellentissime..émouvant, ça prend aux tripes du début à la fin..
    Well done !! Du coup je l’ai fortement conseillé à mon amie qui, n’aimant pas les BD l’a tout simplement adoré..chapeau l’artiste :p

  8. Chloé dit :

    Bonjour,

    J’ai lu votre « le bleu est une couleur chaude » plusieurs fois de suite. J’en ai beaucoup aimé la sensibilité, cela va sans dire. C’est une très belle histoire d’amour, très émouvante. J’aime beaucoup le regard et les mots qu’utilisent Emma pour Clémentine, et la relation entre Clémentine et Valentin. Les phrases « il n’y a que l’amour pour sauver ce monde. Pourquoi j’aurais honte d’aimer? » m’ont beaucoup touchée. Merci d’avoir écrit et dessiné cet ouvrage. Je lis beaucoup de bandes dessinées. Lire celle-ci était une découverte, une heureuse découverte.

    Soyez heureuse dans la vie.

  9. dit :

    Bonjour a vous,

    J’ai acheté et lu récemment Votre BD « le bleu est une couleur chaude », je vous félicite, vous mettez en scène de belles relations humaines, de réelles émotions traversent vos dessins.

    je me suis permise de partager votre lien.
    voila bonne continuation

  10. Jambonneau dit :

    *se racle la gorge* Ahem, heu, bonjour.

    Je préfère te prévenir, ceci ne sera pas un commentaire très original. En fait, j’imagine que tout ce que je vais te dire t’a déjà été dit (redondance disgracieuse du verbe « dire », je commence bien) , meuh bon, après tout, ça ne me coûte rien de le faire ! J’ai découvert « le bleu est une couleur chaude » un peu par hasard, on me l’a conseillé, en fait. Je suis d’abord venue ici, genre « je tâte le terrain », parce que cette BD m’intriguait (bon, et aussi parce qu’on m’avait filé le lien de la page fnac et que je t’ai trouvée canon dans l’interview ) et wahou, coup de coeur pour ton style de dessin, ton univers, ton humour (je vais arrêter, tout ça n’est pas très bon pour tes chevilles). J’ai donc bien sûr acheté la BD, et (évidemment), je ne le regrette pas, etc, tu connais la chanson. J’imagine que même si t’entends (ou lis) ça plein de fois, ça fait toujours plaisir, d’où ce commentaire.
    Bon, ok, j’avoue que j’ai tenté de trouver une question intelligente (ou du moins, pas trop stupide) à te poser, juste pour avoir une réponse, mais non, j’ai pitié : si tu devais répondre à tous tes commentaires un par un, ça serait un peu la loose pour toi ! (oui d’ailleurs, je te tutoie parce que ça me perturbe de vouvoyer quelqu’un qui est à peine plus vieux que moi, sois indulgente, hein.)

    Bref, je vais guetter un peu ton agenda, des fois que tu passes à Lille (on sait jamais hein ! T’es pas si loin.) (haha, ça fait la fille qui t’apprend la géographie là) (et, accessoirement, ça fait un peu psychopathe, mais tant pis), et tenter de lire d’autres de tes créations. Bravo en tout cas, et une très bonne continuation à toi, t’as gagné une nouvelle fan ! (oui, j’avoue, j’ai déjà parcouru tout ton blog).

    Ah et, franchement, tes joues de bonhomme michelin, c’est du petit joueur là !

  11. Tinou dit :

    Bonsoir .. Je voudrais tout d’abord te félicité pour ton travail. « le bleu est une couleur chaude » a été offert à ma mère pour son anniversaire, elle l’a lu, elle a pleurer et elle m’a dit :  » chérie faut que tu le lise, il est super. » . Seulement moi je n’aime pas la BD, mais jai fini par me dire que ce livre en valait peut être le coup, et que la fille sur la couverture avait quelque chose de spécial. Pour une BD j’entends. Alors je me suis plongée dans ce livre. Je l’ai lu. J’ai pas arrêter d’y penser alors je l’ai lu une deuxième fois en prenant le temps de décrypter chaque dessin avec beaucoup de soin. Ce livre m’a littéralement transporté j’aurai souhaiter qu’il ne finisse jamais. J’ai été toucher car ce livre m’a un peu rappeler moi. Et je pense que chacun et chacune de nous peut se retrouver dans ce livre. Les dessin sont a la fois simple et extrêmement complexe lorsqu’on prend le temps de se pencher dessus. Tu as su donner un nouveau visage a l’homosexualité, un visage loin des préjugé et des caricature. Je trouve ça audacieux et vraiment bien imaginer. Les textes sont simple mais beau. Et le thème de la sexualité en elle même est aborder avec justesse mais pudeur, tout en étant très sensuel. J’ignore comment tu as fait pour faire passer autant d’émotion dans cet album mais enfin c’est admirable … J’attends avec impatiente ta prochaine œuvre et je crois que tu m’as réconciliée avec la BD .. enfin
    Merci pour tout et bonne continuation en espérant que ton talent et ton imagination te porterons loin et me feront encore voyager …
    Tinou

  12. Lucie dit :

    Bonsoir,
    Juste un petit message pour exprimer une belle entrevue entre Le bleu est une couleur chaude et moi XD
    Je l’ai acheté aujourd’hui et j’ai été transporté dans un univers tendre, découvrant une multitude d’émotions passant par une sensualité touchante… Enfin, tu auras compris que j’ai adoré !!!
    Grâce à ta BD – à sa simplicité et à ses sensations émouvantes – je me suis souvenue d’une amie de ma tendre enfance (j’avais 7 ans environ) et de notre étonnante expérience entre deux jeunes filles éprouvant le besoin de se connaître.
    Je suis toujours hétérosexuelle (dis-je du haut de mes 22 ans XD ahah) en compagnie d’un homme que je chéri tendrement et amoureusement mais j’ai retrouvé grâce à toi ces émotions que j’avais oublié mais qui prennent une grande place dans ma vie quand j’y repense ^^ donc un grand merci à toi et à ton oeuvre ; )

    J’espère qu’il y en aura d’autres et je m’empresserai d’aller les acheter;

    Plein de bonnes choses pour la suite et beaucoup de réussite dans tout ce que tu entreprendras o’-‘o
    Bisous >.<
    Lucie

  13. Anouck dit :

    Ou peut on acheter la version electronique de la bande dessinee , je vis en Californie et je ne la trouve pas ici . Merci
    Anouck

  14. dit :

    Julie Maroh j’adore votre BD elle est magnifique! je l’ai offerte à ma copine (dessinatrice comme vous) et elle l’adore également! Bonne continuation à vous, j’espère voir d’autres BD aussi réussies!!!!

  15. lili dit :

    bonjours ,
    hier j’ai enfin reçus le bleu est une couleur chaude ! Je l’ai lu d’un seul trait et j’ai vraiment adoré !!!! je trouve que c’est vraiment bien écrit , il y a des phrases qui m’on touché ! et puis c’est une histoire magnifique et engagé , où on tire comme conclusion que c’est toujours l’amour qui doit primé !
    Voilà en tout cas merci d’avoir écrie ce livre !!!!!

  16. Anne et Stéphanie dit :

    Bonsoir Julie,
    Nous voulions vous féliciter pour cette excellente BD que nous avons eu grand plaisir à lire.
    Sachant qu’une adaptation cinématographique avait été faite; nous nous sommes précipitées pour aller voir la vie d’Adèle. Quelle déception ! quelle horreur ! Les différents thèmes abordés dans votre BD se retrouvent complètement dénaturés dans ce film !!! sauf éventuellement la rencontre entre Emma et Adèle qui pour nous a été plutôt bien filmée.
    Nous voulions juste exprimer notre étonnement et notre déception.
    Avez vous participé à ce projet de film ? avez vous été consultée ?
    Merci à vous et surtout bonne continuation…et vivement la prochaine bande dessinée.

  17. dit :

    Encore bouleversé par le film d’Abdellatif Kechiche (La vie d’Adèle), je suis resté ahuri, de longues minutes, scotché devant l’affiche du film, placardée sur les murs du VICTORIA. Des cheveux bleus, l’adolescence, deux regards complices tournés vers le même horizon, la joie de vivre, tout y était. Et même plus…

    En caractères minuscules, juste sous le nom des actrices, une mention discrète à une BD inconnue avait été glissée. Si je me souviens bien, elle disait à peu près ceci : « Adaptation libre de l’ouvrage de Julie MAROH : Le bleu est une couleur chaude ». Pourquoi une telle discrétion ? Pourquoi Kechiche n’en avait-il pas parlé à Cannes ? Le lendemain, j’achetais la BD.

    Il faut que je dise, avant tout, que je ne suis pas très BD. Je préfère un bon livre. Mais là !

    Ce n’est pas une BD, c’est bien plus que cela. J’ai été ému par le film de Kechiche, mais c’est la BD qui m’a fait pleurer !
    En deux mots

    « Plutôt que mourir à petit feu, mieux vaut vivre intensément ! » Je crois que tout est dit dans cette citation. J’ai vécu, tout au long des 150 pages grises et bleues, dans la peau fragile d’une adolescente innocente (Clémentine alias Adèle dans le film), qui apprend à se connaître, qui découvre ses premières pulsions, ses premières attirances pour les femmes, une attirance bien-entendu douloureuse, car à l’encontre la bien-pensance qui l’entoure.

    Cette attirance s’est révélée par hasard, au milieu de la grand-place, alors que son regard errait au hasard sur les passants, et qu’il s’est arrêté sur une jeune fille, Emma, aux cheveux bleus. Était-ce normal ? Était-ce horrible ? Je l’ai vue intérioriser cette souffrance, chasser ses rêves qu’elle croyait honteux, tenter de repousser le souvenir de l’inconnue au plus profond de son être, puis éviter le regard des autres, chercher dans les révisions du bac un dérivatif… « Ça me fait vraiment paniquer, je n’ai pas le droit d’avoir ces pensées. Je me sens perdue et je ne peux pas parler de trucs aussi tordus avec mes amis… » Je savais que toutes ces tentatives seraient vouées à l’échec.

    Et puis, en une seule réplique perdue au milieu de la page 85, son seul ami, Thomas, un gay assumé, lui montera le chemin à suivre : « Clém, ce qui est horrible, c’est que des gens s’entre-tuent pour du pétrole ou commettent des génocides, et non pas de vouloir donner de l’amour à une personne. Et ce qui est horrible, c’est qu’on t’apprenne que c’est mal de tomber amoureuse d’elle juste parce qu’elle est du même sexe que toi. »

    J’ai chuchoté, sous les cheveux bleutés d’Emma. Je l’ai priée, pages après pages, d’aider cette pauvre Clémentine en complète désespérance. Et elle m’a écouté. Lesbienne assumée, la belle inconnue ira chercher Clémentine à la sortie du lycée et la réconciliera avec la vie. Pour un temps au moins.
    Le dessin

    Un dessin à la fois sobre et chargé d’émotions, qui nous emmène à notre insu dans les bars gay, qui nous piège dans les méandres de l’amour entre femmes, jusque dans la chambre-à-coucher ; un trait léger et appuyé à la fois pour nous raconter le déchirement, la mise à l’écart de la morale publique. Voici donc le plus bel hymne à la tolérance. La meilleure réponse aux homophobes, même si le texte ne se veut pas militant.
    Un message pour les moralistes

    Notre lourd passé de nation chrétienne nous a enfoncé dans le crâne des modèles de « famille-type » qu’il est temps maintenant de faire exploser. Combien de temps encore le Vatican s’encrera dans ces dogmes antédiluviens (lire notamment le machisme de Saint-Paul), s’accrochera à des écrits de deux millénaires pour expliquer aux jeunes d’aujourd’hui comment se comporter ? Que les femmes vivent entre elles ! Et que les prêtres se marient ! Ils sont prêtres, mais avant tout des hommes, avec leurs passions et leurs pulsions. L’intériorisation maladive de ces pulsions, l’abstinence forcée, conduira toujours aux excès que l’on sait et que le Vatican à toutes les peines du monde à condamner. Et surtout, que la morale (toujours empreinte de chrétienté, y compris chez les laïcs) cesse de nous expliquer « la normalité ». Il n’y a pas de normalité, juste des hommes et des femmes.

    La scéne de la rencontre dans la BD

    La scéne de la rencontre dans la BD
    J’ai lu pour vous Le Bleu est une couleur chaude de Julie MAROH
    Des divergences entre le film et la BD pour mieux lire KECHICHE
    Le personnage d’Emma

    Dans la BD, Emma est hésitante, frileuse à l’idée de se livrer totalement. Elle ne voit dans la démarche de Clémentine qu’une amourette en « attendant le vrai amour » (hétéro sans doute). Elle ne veut pas froisser sa compagne du moment, prisonnière a priori d’un amour passé. Elle est submergée parle doute lorsqu’il s’agit de concrétiser l’attirance qu’elle éprouve pour Clémentine / Adèle.

    Dans le film, Emma n’a pas froid aux yeux. Elle se fiche du regard des autres. Elle est le guide de la relation. Elle ne se pose aucune question et ne surmonte aucune peur lorsqu’il s’agit de passer à l’acte.
    Le personnage de Clémentine / Adèle

    Dans la BD, elle est certes tiraillée, mais prend vite conscience de son penchant pour les femmes (elle ne concrétise pas avec un flirt masculin de passage). Elle devient vite entreprenante, notamment pour s’engager dans la relation avec Emma.

    Dans le film, elle est effacée, ballottée par des sentiments contradictoires. Elle subit son destin, se laisse guider par sa muse. Elle parvient, mais au prix d’une victoire de haute lutte sur ses interdits, à se livrer à Emma.
    Les parents de Clémentine / Adèle

    Une scène centrale de la BD a disparu du film : Emma est surprise nue devant le frigidaire surveillé bizarrement par la maman insomniaque de Clémentine / Adèle. S’en suit une dispute d’une violence extrême, qui met en lumière l’homophobie du père notamment. Clémentine / Adèle est brisée.

    Rien de tout ça dans le film. Le côté populaire des parents est souligné par les spaghettis (chez Emma on mange des huitres et on boit du bon vin). Mais pas de découverte surprise ! KECHICHE n’a pas voulu s’attarder sur la polémique. Pour la Clémentine / Adèle du film, la famille, mais aussi les amis, semblent devenus secondaires dès lors que l’histoire d’amour a commencé. Le meilleur ami (et le seul) gay disparait assez rapidement. Il est présent jusqu’à la fin dans la BD.

    La trame

    Dès la première page de la BD, comme je l’ai déjà dit, on connait l’issue tragique. L’histoire est une narration posthume tirée du journal intime de Clémentine / Adèle.

    Peut-être en est-il de même pour le film ? Seuils les prochains épisodes le diront…

  18. DEBORDE Nadine dit :

    J’ai lu en mai votre BD et vu le film Adèle à sa sortie cinéma. Les 2 sont émouvants. Mais la BD est bien plus riche et moins caricaturale. Dans la BD, Clémentine est entière. Elle ne peut faire l’amour avec Thomas, elle en souffre et le jeune homme (très émouvant) aussi, les 2 ne comprennent pas. Clémentine a du mal à assumer sa différence et le regard des autres. Clémentine et Emma sont 2 femmes qui s’aiment puis se perdent, presque par erreur car l’amour est toujours là. Dans le film, j’ai vu une Adèle beaucoup moins complexe: elle couche avec Thomas, n’aime pas. Elle n’a pas besoin de Valentin et assume assez vite sa situation. Je n’ai pas ressenti que l’amour était partagé par Emma. J’ai perçu une Emma vaguement masculine (du moins l’idée qu’on se fait habituellement d’un homme): elle a la coupe et la démarche garçonne, laisse faire la vaisselle, « regarde » sa prochaine conquête pendant qu’Adèle fait le service. Quant au cul, je n’ai pas aimé du tout. Je n’ai pas été émue par la scène de rupture, trop violente. Dans l’ensemble, si le film est super bien monté et joué, moi qui suis pourtant bon public, n’ai pas versé de larme. En lisant la BD, si.
    Bonne continuation.

  19. rangpang dit :

    i love your cartoon(« 파란색은 따뜻하다 »-Le bleu est une couleur chaude ). I’m Korean. I can’t English and French. but I will study French
    for your art!:D

  20. Julie dit :

    Chère Julie Maroh,

    Bravo pour cette belle histoire. Je suis très lente à la détente mais je viens juste de lire Le Bleu est une couleur chaude.

    Enfin cela fait trois jours que je le lis et j’ai même l’impression de porter le deuil ! Je revois ces beaux personnages. Et je découvre votre univers à travers vos blogs. Et là deuxième deuil à travers votre planche Résilience et à travers celle où vous coupez vos dreads…

    Je vous admire pour avoir réussi à inventer et surtout à porter une histoire si pure! Quelle claque…

    Je lirai Skandalon sous peu, dès que je le trouverai. J’ai hâte.

    Et je vais juste laisser passer le temps pour digérer cette belle histoire. Et pour moins voir ce beau bleu…

    Continuez, c’est très beau.

Répondre à Tinou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.