Queer est contestation.

Here in (bad) english -> (clic!)

De retour du festival Bilbolbul où j’ai présenté «City & Gender», plusieurs discussions m’ont démontré un peu plus qu’il était quasi impossible de définir «queer» aujourd’hui.
«Queer» est contestation. Mais contesté sans cesse. Par les universitaires et anti-universitaires. Les théoriciens et les militants. Le mainstream et l’underground. Pour chaque personne avec qui j’en parle le sens diffère, et peut être positif ou négatif même au sein de la communauté lgbtqi.
Pourtant, peu importe jusqu’où on pourrait pousser la discussion, le mot est toujours intrinsèquement lié aux questions de genre. À une question en général: soi.

(cliquer pour agrandir)

«Queer» semble être un éternel processus personnel, une déconstruction. Alors que le mot a longtemps été une insulte, un crachat, c’est désormais un stigmate digéré, revendiqué telle une couronne de fierté.

Et comme c’est un processus personnel, au festival et devant les personnes venues écouter et discuter j’avais donné ma version du queer:

C’est un feu intérieur, une inventivité.
C’est vouloir briser les privilèges de l’hétérosexualité,
briser les provilèges en général, les rôles attribués aux sexes,
leurs frontières et leurs hiérarchies.
C’est refuser ces hiérarchies – que la société et la famille
mettent sur nos épaules juste à cause de notre sexe biologique –
pour réinventer son propre territoire intérieur.
Pour moi être queer c’est cela.
C’est rejeter la perception binaire de nos identités et ça signifie
brûler le patriarcat sur la place publique.
Pour moi être queer c’est cela.
C’est rejeter la perception binaire de nos identités et ça signifie
brûler le patriarcat sur la place publique.

(©Fernande Gontier)

N’oublions pas que le terme «théorie du genre» a été inventé par ceux qui ne comprennent pas / ont peur / excluent de différencier genre (social) et sexe (biologique)… Alors que même attribuer le bleu aux garçons et le rose aux filles est un fait culturel. Créer un système normatif EST culturel.

*… Plus loin… Further...*

C’est quoi le privilège hétérosexuel ?

– En parlant de système normatif… « En finir avec la fabrique des garçons »

– « Qui défend l’enfant queer ? » de Béatriz Preciado

RPQ, Revue PolitiQueer

The Genderbread Person (in english)

The identity project (instagram)

QUEERS, READ THIS. (Queer Nation, 1990)

– « Everything is problematic » about anti-oppressive and/or leftist activism

– J’avais déjà évoqué ma rage des normes dans cet article il y a deux ans.