Soutien à Sepideh Jodeyri

The article in english -> here!!!

Merci à Sarah, Gaz’, Johanna et Camille)

Sepideh Jodeyri est poète. Citoyenne iranienne, elle découvre Le bleu est une couleur chaude en Europe et décide de le traduire en persan. C’est là tout ce qu’on lui reproche et ce pourquoi on la harcèle aujourd’hui.
En Iran, l’homosexualité est passible de la peine de mort. La version persane du « Bleu » a donc été publiée par un éditeur parisien (lien en bas de page). Tout aurait pu s’arrêter là. Mais c’était sans compter sur les médias conservateurs religieux qui se sont littéralement déchaînés quand un éditeur de Téhéran a publié le dernier recueil de poésies de Sepideh et tenté d’en faire la promotion. Tous se sont empressés de non seulement condamner Sepideh pour sa traduction du « Bleu » et son « soutien à l’homosexualité », mais aussi d’attaquer l’éditeur local qui osait publier les livres de cette « criminelle », sans oublier d’interpeller le Ministère de la Culture et de l’Orientation Islamique qui avait autorisé et financé ces évènements via des structures publiques. Cela fait maintenant plusieurs jours que dure le lynchage médiatique de Sepideh qui n’a désormais plus aucun espoir de voir ses livres publiés dans son pays, et dont l’éditeur est menacé de perdre son autorisation de publication. Quant au directeur du musée où devait avoir lieu la promotion de son nouveau recueil de poèmes – interdit par le gouvernement depuis -, il a tout simplement été renvoyé.

Il m’est insupportable qu’on laisse passer de tels évènements sous silence. C’est une atteinte de plus cette année, cette vie, à notre liberté d’écrire, de lire, de communiquer et par-dessus tout d’aimer.
Il va falloir beaucoup b.e.a.u.c.o.u.p. d’amour cette année.

Contre cette chasse aux sorcières, merci de parler de Sepideh Jodeyri autour de vous, elle est entrée en contact avec moi avec l’espoir de voir cette histoire diffusée. En Iran comme ailleurs, de nombreux homosexuels sont profondément choqués de ce lynchage médiatique, atteints dans leur chair, mais aussi tous ceux qui perçoivent la gravité de ces évènements.  Voilà pourquoi un souffle de solidarité serait le bienvenu.
D’avance merci. Si vous publiez ce sujet sur le web, merci d’en diffuser le lien ci-dessous dans les commentaires.

Plus de détails sur ces évènements {ici} (en anglais)

L’interview d’un Iranien exilé concernant les représailles anti-gay, {sur cette page}.

La version persane du « Bleu » {là}


Edit 12th of february 1AM, from Sepideh: « An Iranian journalist who did an interview with me recently about my latest poetry book has just informed me that Shahrvand newspaper, a reformist newspaper based in Iran has removed the interview from their coming issue just because they were scared by those articles the fundamentalists published against me during recent weeks. They are afraid if they publish anything from me, the authorities ban the newspaper.
And even two of literary critics who have written essays on my poetry book sent me their essays mentioning that anything about me and my works would be censored in journals based in Iran and they thought it would be better if I sent the essays to Iranian journals abroad! All of this means that my pen is banned in my homeland. »

34 thoughts on “Soutien à Sepideh Jodeyri

  1. dit :

    Merci du soutien, les liens de la presse et divers organismes, éditeurs etc seront postés ci-dessous au fur et à mesure.









    – LE SNAC, SYNDICAT DES AUTEURS ET COMPOSITEURS EN FRANCE (et donc des traducteurs) SOUTIENT SEPIDEH !


    – Les éditeurs de bande dessinée soutiennent également Sepideh
    Glénat :
    La boîte à bulles :
    Arsenal Pulp :
    – Télérama fait circuler

    – Ainsi que le Huffington Post

    – The Guardian

    – Le réseau bd en Italie

    – Sepideh a donné un entretien au magazine YAGG

  2. Le Refuge dit :

    Bravo pour vos engagements.
    City & Gender bien reçu !
    Nous allons organiser une lecture et un atelier.
    Je suis très touché mais je n’ai pas votre mail pour vous remercier.
    Nicolas, Le Refuge

  3. Pixel dit :

    Je l’ai posté sur la page Facebook du cercle homo étudiant (en Belgique) dont je suis vice président (mais le groupe est privé et « caché »). C’est le « CHEN ». Je pense aussi le poster sur les pages publiques de l’association :)

  4. Aurélien dit :

    Dépourvu de facebook et autre twitter pour relayer électroniquement l’info, je tenais juste à faire part d’une solidarité totale pour cette personne qui ne fait qu’être elle-même.
    Ca ne se verra pas, mais j’en parlerai (beaucoup) autour de moi.

    Bon courage !

  5. Sepideh Jodeyri dit :

    Dearest Julie and all the people, organizations and medias who have shared what happened to me with your audience! Thank you so much for your commitment. The fact that my pen is now banned in my homeland makes me very sad, because my motives in writing have been my people. But I am proud of being known as a LGBT’s supporter and even being punished because of that.

  6. Youpi dit :

    Je transmettrai autour de moi.
    Je ne tolère pas qu’on ennuie des gens pour des raisons de convictions sexuelles ou religieuses.
    Merci de nous avoir transmis l’info.

  7. Il faut soutenir non seulement Sepideh Jodeyri mais aussi tous les Iraniens et Iraniennes qui la soutiennent. À eux tous ils parviendront à faire entendre raison aux fanatiques nostalgiques du conservatisme.

  8. Tout mon soutien et je fais rebondir .

    Que diriez- vous en cas de nécessité, d’envisager une sorte de touche artistique comme une vente aux enchères d’œuvres autour du « theme » pour afficher ainsi la qualité sensible de notre indignation ainsi que l’engagement de notre soutien.

    Je ne connais pas bien internet, je suis une peintre

    Alors si parmi vous quelqu’un a les capacités de monter un projet type Ullule… ou autre … c’est une suggestion dont quelqu’un aura peut etre envie de disposer …?

    Pour ma part, pour engager le processus,
    Il me reste trois portraits androgynes, de la série Modern Lovers, exposés au Rezonanz à Berlin en 2005; puis à Montpellier en 2006 et 2007. Ce sont des dessins à l’huile, sur calque, légers, que je peux envoyer rapidement dans un rouleau..pour démarrer un tel projet.

    On pourrait imaginer des acquéreurs qui nous soutiennent, et s’inscrivent pour participer à l’enchère sur le net , ou autre formule à inventer …
    et le resultat en trois :
    une part attribuée à Sepideh,
    une au projet lui même,
    une aux artistes militants
    qui offrent chacun 2 originaux ….

    Bon…c’est du boulot …ça c’est sûr ….Des réponses ?

  9. Camille dit :

    Bonjour Julie,
    je sais que ce n’est pas le meilleur endroit pour te poser cette question, mais je ne trouve pas d’autres articles avec les commentaires activés sur cette page..
    Voilà, tes goûts musicaux m’ont beaucoup plu et les liens que tu as mis ont été pour moi de véritables découvertes, coups de coeurs, qui m’ont accompagnée tout un bout de chemin. Ecoute tu toujours les mêmes artistes et albums ou as-tu de nouvelles fortes inspirations ? Je suis très curieuse. Si oui, pourrais tu partager une playlist avec nous ?
    Salutations, amour

    camille

  10. Ortop dit :

    « Alors que la plupart d’entre nous étouffent dans un métier précaire voire sous le seuil de pauvreté ».

    Ouin ouin.

    Si c’est précaire, c’est que tu perces pas, si tu perces pas, c’est qu’il te manque ou talent artistique, ou talent marketing, ou les deux.
    Ajouté au fait que le marché de la BD est saturé de merdes plus immondes et creuses les unes que les autres, et qu’en sus depuis des années il y a une vague d’édition de webcomics tous plus semblables les uns les autres, tant dans la forme que dans le fond, je vois rien d’anormal.

    Que ça te plaise ou non, l’offre et la demande s’appliquent aussi à l’art. Ça se vérifie à toutes les époques.
    Donc soit tu t’améliores et/ou tu te vends mieux, soit tu te reconvertis si c’est bouché. Point barre.
    Venir chialer parce que t’es incapable de regarder la réalité en face, c’est pathétique.

    Mais bon, c’est tellement plus facile de jouer les pauvres martyrs qui demandent le beurre, l’argent du beurre et la crémière avec, que de s’interroger sur les responsabilités et le contexte de son choix de carrière.

    Ps : nice le blocage des commentaires. C’est à ça qu’on reconnait les auteurs de webcomics qui fuient la réalité lorsqu’elle est déplaisante à voir ou entendre.
    Ce sera de toute façon pas publié. C’est pas plaisant à accepter, hein ?

  11. Chouquette2016 dit :

    Bonjour,
    Je voulais savoir si cette histoire s’était arrangée depuis?
    Et au passage, quel mépris Ortop! C’est obligé d’être désagréable comme ça?
    Merci :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *